braindead_3

 

Réalisateur : Peter Jackson

Avec : Timothy Balme (le chevalier servant), Diana Penalver (la damoiselle en détresse), Elizabeth Moody, Ian Watkin et bien d'autres...

Date de sortie : 1993

 

À première vue, ce film est un énième film d’horreur de série B ou un beau spécimen de «navetoïde » : c’est assez mal fichu, les acteurs sont à la limite du supportable et ca a fichtrement mal vieillît. Sauf que voilà, lorsqu’un film est signé Peter Jackson ca vaut quand même le coup d’œil.

L’effroyable « rat-singe de Sumatra » est emmené dans un zoo près duquel vivent Paquita et Lionel,  qui viennent d’entamer une histoire amoureuse. Lionel, espèce de clone d’Anthony Perkins dans Psychose, vit seul avec sa mère tyrannique. Cette dernière est mordue par ce rat/singe/zombie et s’ensuit une bataille acharnée pour les deux jeunes héros tentant de survivre à la contamination. En bref, tout le film pourrait se résumer à la séquence culte dans la Mouche (du gai luron Cronenberg) lorsque Jeff Goldblum s’amuse devant sa glace de la salle de bain : un gamin qui prend son pied à faire péter des trucs pour voir ce qu’il en sort…

Le film démarre lentement, après une scène pré générique accrocheuse : un explorateur veut coûte que coûte ramener une espèce rare sur le continent. Cette situation pourrait sortir tout droit de la série des Exorciste ou le film Constantine. L’explorateur se fait mordre à peu près partout par la bête et on décide de lui couper tous ses membres. Le titre est lancé et le ton est donné. C’est un film bourré d’idées toutes les unes plus folles que les autres (qu’il faudrait en aucun cas révéler) et aux personnages grotesques au possible. C’est un gore qui n’est pas malsain car il conserve une grande part d’humour. Evidemment le ressort comique tient surtout sur la parodie (à voir également des clins d’œil à la Nuit des Morts Vivants de Roméro), du grand guignol des personnages et des situations. Les effets spéciaux sont très bons, c’est à se demander combien de tonnes de gelée de groseilles ont été utilisées pour le tournage ! Ce film est donc un must en matière de film gore, par contre à éviter après un repas trop copieux.

Il annonce une longue lignée de dignes descendants tel que Evil Dead ou le plus récent Jusqu'en enfer de Sam Raimi, réalisateur qui s’est également converti aux blockbusters par la suite avec sa trilogie des Spider Man.