jourdelabete

Titre original (Espagne) : El dia de la bestia

Réalisateur : Alex de la Iglesia

Avec : Alex Anguilo, Armando de Razza, Santiago Segira et bien d'autres.

Sortie : 1995

 

 Voici une comédie pour ceux qui aiment leur humour bien noir et si possible un peu sanguinolent. Si ce n'est pas votre cas, vous resterez sans doute perplexe devant le visionnage de ce Jour de la bête. Mais si vous vous sentez prêt à entreprendre le voyage, vous vous rendrez vite compte que ce film est une pépite. Le comique repose beaucoup sur l'absurde, des personnages improbables aux situations complètement barrées auxquelles ils se retrouvent confrontés. L'irrévérence religieuse, est évidemment de mise : c'est l'histoire d'un curé qui, ayant réussi à décrypter un code caché dans l'"Apocalypse" de Saint Jean, fait semblant de se convertir au mal pour leurrer l'Antéchrist qui doit naître à Madrid le soir même. Mais trouver le lieu précis où aura lieu cette naissance n'est pas sans difficulté...

Le jour de la bête offre un des meilleurs trios de personnages qu'il m'ait été donné de voir. Le curé blasphémateur, le metalleux un peu simplet et le voyant de pacotille réussissent à créer une dynamique géniale. A eux trois, ils tiennent le film sur leurs épaules et ça fonctionne. Les acteurs sont très bons, y compris les rôles secondaires. Les habitants de la pension de famille n'ont que peu de temps à l'écran mais le moins qu'on puisse dire c'est qu'ils le rentabilisent de façon efficace.

Les péripéties s'enchainent sans temps mort, on se laisse porter par le film en se demandant ce qu'il peut nous réserver de plus. Nos "héros" tentent d'invoquer le diable, se retrouvent dans un concert de métal, se réfugient dans un bâtiment qui abrite une conférence sur Nostradamus ou errent dans les rues sombres de Madrid, tout ça le soir de Noël, et tout en jouant un chassé-croisé avec des meurtiers aux motivations étranges. C'est déjanté, loufoque, mais ça offre quand même quelques bonnes frayeurs, en un mot : c'est à voir.