magnolia2magnolia-original

 

Réalisateur : Paul Thomas Anderson

Acteurs : Tom Cruise, Julianne Moore, William H. Macy, Philip Seymour Hoffman, Matt Gerald, John C. Reilly et beaucoup d’autres…

Date de sortie : 01 mars 2000

Ours d’or au Festival International du film à Berlin en 2000

 

L’histoire en bref : Neuf vies s'entrecroisent le temps d'une journée comme les autres sous le soleil de la Californie. C’est le temps de remettre les pendules à l’heure et de se confronter aux problèmes du passé.

magnolia front

Beaucoup de choses à dire pour ce film, peut être trop et les mots me manquent. Il est très dense, riche en messages sur la famille et sur la condition humaine en général.

Tout d’abord dans Magnolia, on met un point d’honneur sur le rythme : on passe par tous les sentiments, les acteurs jouent à tous les niveaux et le montage est très dynamique, fluide. Il y a des cassures, des reprises, des silences. On ne s’ennuie jamais. Et en 3 heures et des poussières, c’est très bien joué.

C’est un des premiers « films choral » américains. Le magnolia a neuf pétales et le film décortique les neuf vies qui vont se rencontrer. Les personnages vont être brillamment présentés en début de film, avec une introduction géniale servie par un montage dynamique hyper-accrocheur et la musique originale de Aimee Mann. D’ailleurs, la bande son originale découpe le film en plusieurs chapitres et on peut rajouter qu’elle nourrit également le film d’un discours supplémentaire.

magnolia 1magnolia 2magnolia 3

Des hommes et femmes se croisent, des destins se télescopent de diverses manières. Un puzzle d’émotions et de regrets pour une réflexion sur le lien des causes à effets. Le narrateur nous dit : « on en a peut être fini avec le passé, mais lui n’en a pas fini avec nous ». Le thème majeur du film, en effet, est la confrontation des enfants avec leurs parents. Il s’agit de se libérer des péchés des pères, pour s’accepter soi-même et passer à autre chose.

« One is the loneliest word that you ever know » nous dit la chanson de Aimee Mann au début de Magnolia. Ce film rend compte d’une réelle évolution des personnages au milieu des autres : ils apparaissent comme des électrons libres qui peu à peu se rattachent à quelque chose pour leur salut. Ils sont tous seuls avec leurs regrets, leur passé et aspirent à être aimés (voir le remarquable Punch Drunk-Love du même réalisateur qui traite également du manque d’amour et du besoin de la reconnaissance d’autrui).

magnolia 5magnolia 6magnolia 7

« It’s not going to stop » répète le morceau Wise Up. Le film nous montre également des destins qui se répètent sans cesse : lorsque des vieux couples se déchirent, d’autres se forment, les rôles s’inversent. Car la galerie de personnages de Magnolia fonctionne par couples. Un enfant souffre du désamour de ses parents tandis que l’on prend part aux déboires d’un adulte en manque d’amour, qui apparaît comme son moi futur. Cependant ces personnages se distinguent les uns des autres par les choix qu’ils effectuent : l’enfant décide de faire face à ses parents, contrairement à son double adulte qui subit les conséquences du manque de communication avec ses parents. Il n’y a pas de destin seulement les choix que l’on fait.

Le réalisateur sait comment suivre les personnages au mieux. La réalisation est fluide et dynamique. Tout le film est une espèce de système nerveux, un réseau dont les connexions se font les unes aux autres à l’instar du cancer qui est omniprésent et qui atteint plusieurs personnages dans le film. C’est en cela qu’il traite des aléas de la relation a autrui: « l’enfer c’est les autres ». Le discours sur la relation à autrui est péjoratif dans Magnolia mais n’est pas fataliste pour autant. Le film se termine sur une touche d’espoir, celui d’un amour naissant. Et à Aimee Mann de chanter son morceau « Save me ». And life goes on, pourrait-on dire.

magnolia 8magnolia 9magnolia 10

En bref, avec Magnolia préparez-vous à un programme très chargé. Et je ne parle de toutes les références bibliques ou philosophiques qui jalonnent le film puisque mes connaissances à ce sujet sont malheureusement très réduites.

Les acteurs sont tous superbes. Petite Mention Spéciale pour Tom Cruise qui est époustouflant et livre à mon avis une des ses meilleures prestations à l’écran (avec Eyes Wide Shut, Rain Man et Tonnerre sous les tropiques, mais là c’est un tout autre bonhomme).

Enfin, Paul Thomas Anderson dit de Magnolia qu’il restera son meilleur film jamais réalisé. Je suis de cet avis. C’est un petit bijou du cinéma.